Gérard Flavel ou le destin des Hautes Alpes

Image iconographique représentant Gerard Flavel, datée du début du siècle. Artist méconnu.

Cet homme au corps musculeux de cultivateur des grandes plaines céréalières, c’est Gérard Flavel. Malgré des yeux laconiques qui semblent dire « je t’aime », Gérard est le héraut de la triste histoire que raconte sa carcasse mutilée aux enfants qui le fuient dans la rue en pleurant. En effet, Gérard est moche or tout le monde sait que les enfants sont des esthètes intransigeants. Pour Gérard, les enfants sont juste des sales cons.

Mais cela n’a pas toujours été ainsi. Jeune, Gérard était tout a fait normal, il était même plutôt beau gosse.

Tout commença par une chute de tracteur lors d’un concours agricole de tuning de betteraves ayant contraint Gérard à l’amputation du périnée. Le problème de cette opération fut qu’elle nécessita l’ablation de ses deux jambes et que ses effets secondaires entrainèrent comme bien souvent le développement précoce d’une cataracte des grands âges ainsi qu’une tendance assez forte à la dépression suicidaire.

Rongé par la douleur et l’amertume Gérard se mit à errer dans les champs en hurlant à la lune comme le font les loups dans les bande dessinées, avec beaucoup de gros phylactères très esthétiques (qu’il s’amusait à défigurer pour faire peur aux enfants). C’est pendant qu’il s’adonnait à son nouveau passe-temps par une nuit sans soleil que Gérard reçut de plein fouet une météorite à l’endroit ou aurait du se trouver ses jambes. La ou la violence du choc aurait du le tuer sur le coup, cette absence salvatrice lui permit de s’en sortir indemne. Alors qu’il maudissait le ciel d’en avoir réchappé tout en rigolant de la particularité cynique de la situation, l’atroce mutation commença. Sur le bas de son corps se propagèrent une multitude de furoncle qui se transformèrent en autant de têtes braillardes et gémissantes et dont la plus casse-couilles était située à l’extrémité. Si elle ne possédait pas de mirettes, cette dernière avait en revanche une grande gueule dont elle ne se privait pas de se servir comme d’un déversoir continu de jurons des Alpages. Gérard qui était un homme doux aux mœurs délicates se mit a maudire le ciel beaucoup plus fréquemment.

Pendant ce temps, dans un passé proche, Génissandre Toilchat, fille de notables viticoles des hautes Alpes jouissait d’une vie paisible à l’ombre des Cyprès quand elle eut le déplaisir de voir le sommet de son crane emporté par une comète juste au dessus du nez. Pendant qu’elle maudissait le ciel d’en avoir réchappé malgré l’atroce défiguration, la mutation commença. Depuis sa nuque jusqu’au sommet de son crane se propagèrent une multitude de furoncle qui se transformèrent en autant de têtes braillardes et gémissantes et dont la plus briseuse d’ovaires était située tout en haut et disait s’appeler Gérard Flavel. Génissandre, ne croyant pas au ciel, se mit à maudire Gérard Flavel sans discontinuer.

Alors que dans un futur immédiat, Gérard Flavel prépare une riposte imparable pour la reconquête de son existence, Génissandre, dans un passé récent, trame un sombre complot pour se débarrasser de Gérard dans un présent alternatif (c’est à dire dans un monde parallèle ou dans un endroit ou les marginaux jouent en bourse, à la discrétion du lecteur de choisir la situation qui lui convient).

Boucle temporelle, dissociation de la réalité, complot et trahisons : dans ce combat sans pitié entre deux êtres que tout oppose, l’amour triomphera t’il ? Gérard arrêtera t’il enfin de rejeter toujours la faute sur les autres même si généralement il a bien raison de le faire ? Génissandre acceptera t’elle enfin les critiques constructives sans tout de suite se braquer comme une militante ?

Fin


PS : Ceci est une fin ouverte, pour ma part je préfère penser que c’est Julien Joffre, la tête du milieu à l’air espiègle qui finira par les piéger tous les deux et à faire fortune en les exhibant dans une foire au monstre du XIXème siècle. C’est une fin cruelle, certes, mais c’est la plus réaliste, car au final c’est la vie qui est cruelle. Cruelle comme un enfant qui pleure.

Étiquettes : , , , , , , ,

About 1paint1day

CG Artist and Matte Painter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :