La mouillabilité

Hans Hitchauser et ses conseillers durant une séance de Brainstorming, juste avant sa phénoménale découverte relatée ci-dessous.

LA MOUILLABILITÉ

Introduction

Tout le monde sait que l’eau mouille. Si aujourd’hui ce fait nous parait évident, il n’en fut pas toujours de même. C’est au milieu du 19eme siecle que le physicien Hans Hitchauser a déclaré cette phrase désormais célèbre : « L’eau mouille ». Cette découverte, au même titre que le zéro ou l’écriture était une telle évidence que tous les scientifiques du monde se demandèrent alors pourquoi ils n’y avaient pas pensés plus tôt. Bien qu’il eut ouvert la science vers une nouvelle ère, le génie de Hans Hitchauser fut rayé de l’histoire, et cette homme exceptionnel tomba dans un oubli fort cruel.

Les mouillants

Cette faculté de l’eau a mouiller s’appelle la mouillabilité. Les physiciens, en l’auguste personne d’Anatole Alderstein on convenu, en 1867, que le facteur de mouillabilité de l’eau serait pris pour référence. A la mouillabilité de l’eau il fut arbitrairement donné la valeur 3.0 (sans unitées). C’est donc à partir de l’eau que sont calculés tout les MF (Mouillability Factor) de tout les liquides existants. A l’instar du PH, on dira que le MF de l’eau pure est neutre. Un liquide très mouillant aura un MF qui tendra vers 1.0 tandis qu’un liquide peu mouillant tendra vers 5.9 (6.0 étant un degré de non mouillabilité absolu hypothétique et par conséquent inatteignable). Pour donner des exemples concrets, le liquide le plus mouillant est l’amphycohydroxylogénase hexalysinopropase d’Amoctylose désambrophylogénisé de sodium, plus simplement appelé le Grandmouillant, en raison de ses propriétés particulières. Le Grandmouillant ne peut être synthétisé que sous d’énormes pressions et a une température relativement basse,c’est a dire dans une zone de subduction de plaque océanique dont le géotherme est supérieur au solidus. Pour extraire le Grandmouillant, il faut Bruce Willis, on comprend donc la rareté extrême du Grandmouillant sur le marché. Le produit le moins mouillant est bien entendu le sable liquide, d’aucuns auront pu remarquer que le sable ne mouille pas.

Les mouillés (ou mouillables)

Attention : l’eau, certes, mouille, mais il ne faut point dans notre démarche oublier la surface mouillabilisée. Par exemple, la laine se mouille plus que le ciré jaune. Il faut donc intégrer les paramètres de mouillantisme (du latin mouillarum et du grec tismus, qui en français signifie mouillationnisme) de la surface sur laquelle le liquide sera appliquée.

Exemple de calcul

Prenons l’exemple du bois de hêtre poli, dont le mouillantisme (noté MOU) est idéalement neutre, donc égal à 16.22 (sur une échelle cartésienne allant de 1 à 32.44) et appliquons de l’eau (MF: 3.0) a sa surface. Pour calculer le degré auquel le bois sera mouillé, il faut intégrer une variable, la mouillante, nommée Mo, qui se calcule grâce à la différence entre les deux extrêmes de la valeur du composé mouillant et du composé mouillé (sachant que la marge d’erreur est de +/- 0.2% ), en se ramenant, pour chaque produit sur sa base moyenne respective (3.0 pour le mouillant et 13.22 pour le mouillé), on ramène en général ces valeurs sur une base de 10. Pour simplifier les calculs, j’ai choisi deux composés neutres, nous n’auront donc pas besoin de calculer la mouillante dans cet exemple. Ce qu’il faut ensuite, c’est calculer la somme des composés mouillables et les diviser par le mouillant. Ici, on a donc 13.22/3.0 (on rappelle que seul le calcul de la mouillante nécessité une conversion d’unités). On multiplie cette différence par la mouillante et par la constante d’Hitchauser (2.727 Unités ssi) et l’on obtient le degré auquel le matériau sera mouillé, on appelle cette valeur, le degré de mouillage. Cette valeur est comprise entre 0 et 144. Cependant, cette échelle réagit de façon exponentielle selon la fonction x², c’est a dire que la moyenne de cette échelle n’est pas 72 mais 12 (car 12²=144). Dans notre calcul, on obtient bien un degré de mouillage de 12, preuve est donc faite de l’efficacité de ce système.

Culture générale

Voici quelques exemples de degrés de mouillage théoriques :
Rappelons que le chat (MOU=32.439) est le matériau le plus mouillable et que le Plastic étamé (MOU=1,001) est le matériau le moins mouillable :

Chat + Grand mouillant = 144
Chat + Sable liquide = 12

Plastic étamé + Grandmouillant = 12
Plastic étamé + sable liquide = 0

Comparons ces valeurs avec celles de l’eau :

Chat + eau = 36
Plastic étamé + eau = 9

On ne peut que constater l’évidente neutralité de l’eau.

Étiquettes : , , , , , , , ,

About 1paint1day

CG Artist and Matte Painter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :